Les tribulations d’un astronome

Brèche de l’Homme Étroit - Recul glaciaire

jeudi 31 juillet 2008 par Guillaume Blanc

La course G11 du toponeige « Écrins Sud » promettait à la fois un peu de solitude au fond du vallon de la Navette, dans le Valgaudemar, et un peu de ski-alpinisme puisqu’il s’agissait de remonter un couloir court mais raide (50° sur 100 m) jusqu’à la brèche de l’Homme Étroit. Pour le redescendre ensuite à skis !

Avec un groupe du GUMS, nous avons posé notre camp de base à proximité de la cascade de Buchardet, à la limite de l’enneigement, sur une pelouse de crocus. Le premier jour, nous sommes allés sur la Tête Virante, versant nord. Le lendemain, l’objectif était dans le fond de la vallée, vers la « fameuse » brèche de l’Homme Étroit.

Brèche qui se trouve tout juste dans l’axe de la vallée de la Navette. Elle arrive rapidement en vue quand on progresse vers le fond. J’ai attendu d’avancer un peu plus pour avoir une meilleure visibilité, mais celle-ci ne fera que confirmer ma première impression. Il a bien fallu que je finisse par me rende à l’évidence : la brèche était sèche et inaccessible. Du moins en skis. Le couloir de neige du topo a fait place à une sombre barre rocheuse... Nous nous sommes repliés sur le col de Mal-Cros, juste à côté. Du ski, mais sans la particule « alpinisme » accolée.

JPEG - 37.9 ko
En remontant le vallon de l’Aup, dimanche 6 avril 2008, la brèche apparaît droit devant, décorée d’un petit gendarme. Nous ne sommes pas allés voir de plus près, mais il est clairement visible que le couloir n’est pas praticable. En skis, tout au moins !

Alors quid ? Déficit de neige en altitude qui manqua de combler ce petit couloir ? Peut-être était-ce trop tôt en saison : de grosses chutes de neige en avril/mai allaient en rajouter une bonne couche en altitude, permettant d’effectuer au mois de juin des courses à skis rarement en conditions. Ou bien retrait glaciaire suite au réchauffement climatique ? Car sur la carte IGN, le glacier de l’Aup s’étale jusque dans le couloir qui grimpe sous la brèche !

JPEG - 82.7 ko
Gros plan sur la brèche de l’Homme Étroit, carte IGN 3437 OT (Champsaur). Le glacier de l’Aup remonte clairement dans le couloir sous la brèche.

De retour au bercail, j’expose mes photos sur le web. Un gumiste me renvoie alors une image du coin, prise lors d’une course en juillet 1974. Le contraste est saisissant ! Le couloir menant à la brèche, envahi de glace, avait alors un aspect relativement débonnaire...

JPEG - 50.6 ko
Lors d’une course d’alpinisme dans ce même vallon, en juillet 1974. On voit très bien la brèche avec son clocheton, mais le glacier de l’Aup recouvre encore le couloir, qui semble alors plutôt facile d’accès. © Gérard Bourdaud.
JPEG - 51 ko
À peu près la même vue en avril 2008...

En trente ans, la glace a bien fondu !

Et peut-être même qu’elle a bien fondu en seulement quelques années, puisque Lionel Tassan a effectué cette course en ski au printemps 2001 pour les besoins de son topo. Même si l’année 2001 fut particulièrement bien enneigée dans la région, il est possible que les années chaudes qui ont suivi, en particulier l’été caniculaire de 2003, aient fait perdre au petit glacier de l’Aup une bonne partie de sa carapace, mettant ainsi à nu le couloir sous la brèche de l’Homme Étroit.

JPEG - 13.7 ko
La photo de la brèche dans le topo « Écrins Sud », par Lionel Tassan et Louis Volle, éditions Volopress. Photo prise par Lionel Tassan au printemps 2001. L’enneigement exceptionnel de cette saison-là se voit au niveau de la brèche : le gendarme est quasiment recouvert ! Mais cela ne suffit probablement pas à expliquer les conditions si différentes observées sept ans plus tard. © Lionel Tassan/Volopress.

Effectivement, les bilans de masse des glaciers alpins à ces altitudes inférieures à 3000 m — la brèche est à 3057 m — sont déficitaires depuis plusieurs décennies : la ligne d’équilibre, entre la zone d’accumulation et la zone d’ablation est remontée au-delà de ces altitudes...

Le glacier de l’Aup est tout simplement condamné, d’ici quelques décennies, à se réduire comme peau de chagrin, pour finalement disparaître du paysage. Il est probable que le couloir de la brèche de l’Homme Étroit ne sera plus jamais en condition pour être skiable ! Snif...

JPEG - 49.5 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2559 / 549395

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Montagne  Suivre la vie du site Environnement   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4