Les tribulations d’un astronome

Dégoûté

vendredi 22 juillet 2005 par Guillaume Blanc

La nouvelle est tombée ce matin, brute et froide, telle un couperet, comme toutes les mauvaises nouvelles, en somme. Oh, pas de panique, il n’y a pas mort d’homme, personne n’est blessé ni quoi que ce soit du genre. C’est seulement un rêve qui vient de mourir. Quelques jours seulement avant qu’il ne devienne réalité... Tant d’espérance pour... rien.

Mon passeport a été renvoyé par l’ambassade du Pakistan, en même temps que tous les autres passeports du groupe. Sauf que le mien n’a pas été visé. Pas de certificat de résidence, pas de visa. L’agence m’a dit qu’ils avaient déjà eu des clients étrangers. Ils n’ont jamais eu de problème. C’est bien la première fois que l’ambassade demande un tel document pour donner un visa. Je joue de malchance. Le consul s’est réveillé du pied gauche un matin, il s’est dit qu’il allait se venger sur un petit con de touriste, et ce fût moi. J’aurais dû le faire viser à Paris, disent-ils. Mais maintenant, y’a plus le temps. À moins de faire le voyage [1]... Ils m’auraient dit ça il y a une semaine, ça aurait pu le faire. Là, c’est fini. Tout s’écroule. Un château de carte sur lequel a soufflé un tout-puissant bureaucrate. Des mois de rêve réduits à néant. Des sous perdus : le billet d’avion, je vais devoir le payer quand même, sûrement... Je suis dégoûté.

Je crois que je vais mettre à profit ces quelques semaines de temps que j’ai gagné de ce fait pour aller faire un tour à Rome. Après tout, les pakistanais viennent foutre des bombes dans nos métros, tuer des gens, il serait juste de leur renvoyer la balle. Réduire en ruine leur putain d’ambassade à Rome. Rome déjà pleine de ruines, une de plus ou une de moins... Je me sentirai mieux après. Connards de bureaucrates.

Évidemment, vous allez me dire, je pourrais recommencer l’année prochaine. Je serais en France, citoyen français, résidence française, ils n’auront plus rien à redire. Mais je ne suis pas sûr de pouvoir avoir un mois de vacances en août, je ne serais sûrement pas aussi entraîné physiquement que cette année... Et puis, et puis, merde, c’était là, tout de suite maintenant que je voulais y aller, avec mes amis italiens.

C’est con, j’arrête pas de chialer depuis quelques heures. Pourtant c’était juste un voyage. Un rêve, rien de plus. Qui peut être reporté à une date ultérieure, qui plus est... Certes, mais merde.

Qu’est-ce que je vais faire maintenant, à la place ? Aller démolir l’ambassade du Pakistan à Rome pierre par pierre ? Bosser ? Pas vraiment envie, surtout maintenant. Partir tout seul ? Une possibilité. Mais franchement, tout seul, ça ne m’enchante pas particulièrement... Envie de faire de la montagne. Ici ou là. Faudrait que je trouve un compagnon de cordée...

Dégoûté... Énervé... Ça passera...

[1Seule solution envisageable : aller en bagnole jusqu’à Lyon où il y a, semble-t-il un consulat du Pakistan (encore que sur le web, j’ai trouvé deux adresses différentes et trois numéros de téléphone). Trop tard pour les appeler. Partir dimanche, être lundi matin à la première heure au consulat, pleurer un bon coup pour avoir le visa sur le champ au lieu des 48 heures réglementaires, et qui sait, ça peut le faire. Ai-je seulement envie de me taper deux fois huit heures de voiture, avec plus de 200 euros de frais (deux tunnels du Mont Blanc), pour ça ?


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 105 / 576771

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Montagne  Suivre la vie du site Autres montagnes   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4