Les tribulations d’un astronome

Bricolage

jeudi 18 août 2011 par Guillaume Blanc

Acheter un appartement est une aventure pleine de surprises. En général, mauvaises, les surprises. On rêve de s’installer vite fait bien fait, mais on rêve aussi d’avoir quatre murs entre lesquels on se sent bien. Tant qu’à faire.

Virer la moquette crasseuse et mettre du joli parquet, décoller le papier peint couleur caca d’oie et peindre le tout en blanc. Faire entrer la lumière, profiter des baies vitrées. Transformer la grotte en appartement, en somme.

Mais que l’on commence à regarder sous le papier peint jauni par les décennies, et l’on découvre alors une multitude de choses diverses et variées. Comme des fils électriques qui traversent des murs à même le plâtre sans être protégés dans des gaines. Un ouvrier a failli se prendre une belle châtaigne en ponçant consciencieusement le mur. Comme ces prises électriques qui n’étaient pas à la terre avec de surcroît des fils électriques trop fins pour y brancher autre chose qu’une lampe, etc.

Et ce malgré un « diagnostique électrique » en bonne et due forme remis par nos prédécesseurs stipulant qu’un simple différentiel 30 mA résoudrait le problème des terres absentes. Voleurs, menteurs. Forcément, le gars n’a même pas ouvert le capot des prises pour écrire sa prose et soutirer l’argent correspondant. À la lecture du-dit document, nous ne pensions naïvement pas devoir refaire l’installation électrique. Nous l’avons donc refaite après la peinture, pris de court. De jolies goulottes de plastique courent désormais le long du plafond, dans la discrétion des angles, emportant la sécurité électrique en leur sein. Merci Papa.

Nous pensions faire le parquet en quelques jours. C’était au mois de mars. Nous n’avons pas encore terminé : c’était sans compter les plinthes à poser, les barres de seuil à visser, les découpes tordues pour passer les portes, investir les placards et raser les murs. Nous nous sommes offerts une scie sauteuse, pour la peine.

Deux premières pièces au plancher terminé (merci beau-papa) avant la fin de la peinture — les artisans on sait quand ils commencent, mais pas vraiment quand ils terminent ! — le parquet du salon posé entre la fin de la peinture et le début de l’électricité. Puis grosse pause népalaise.

De retour, on refait faire la salle de bain. Qui n’était pas prévu initialement. Mais comme les carreaux tombaient du mur comme feuilles mortes sous la pluie d’automne, il fallait faire quelque chose. Ce fut tout. L’occasion de virer une encombrante baignoire pour mettre un petit coin douche. Mais, là encore, l’artisan prit son temps. Trois semaines de canicule sans douche. Ce fut difficile. Certes désormais la chose est superbe !

Le bricoleur du dimanche ne peut même pas bricoler le dimanche, silence et respect des autres habitants de la résidence oblige. Du coup, il en profite pour aller grimper/courir/pédaler, puisqu’il ne peut jouer ni de la perceuse, ni de la scie sauteuse.

Le bricoleur que je suis atteint rapidement ses limites : certes, il aime mettre ainsi la main à la pâte, mais point trop n’en faut. Il sature rapidement. Une journée passée à bricoler n’est pas une journée passée dehors.

Et puis finalement, malgré tout, le bricoleur amateur que je suis aime a se retourner sur le travail ainsi accompli, et se dire, le sourire en coin, comme ça, purée, c’est moi qui ait fait ça. Même s’il n’y a pas de quoi vraiment pavoiser, ce genre de choses étant à la portée de n’importe qui. Ah, ces intellos ! Et comme pour punir tant de vanité, la suite est moins délectable, accrocher les tringles des rideaux fut dantesque. Un plafond qui ne veut pas se laisser percer, une perceuse aux percussions mal maîtrisées, cachez-moi donc ce trou — cratère ? — que je ne saurais voir.

Quand finalement, la tringle semble tenir en l’air, et se trouve être miraculeusement à peu près parallèle au plafond, tant de lutte avec la matière inerte semble trouver là sa récompense, malgré la sueur et la poussière. Petit sourire en coin.

Jusqu’à ce que l’on essaye négligemment d’ouvrir la fenêtre...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 429 / 576771

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Blog  Suivre la vie du site Éclectique   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4