Les tribulations d’un astronome

Parenthèse

vendredi 9 janvier 2009 par Guillaume Blanc

Un lac. Gelé. Tout de blanc vêtu. Un ciel de dégradés pastels. Des arbres au squelette gelé. Des barques, immobiles, engoncées. Un froid piquant. Dès potron minet je foule le sol moelleux de quelques foulées, Angus & Julia Stone entre les oreilles. Le périphérique, là-bas, au loin, n’a qu’à bien se tenir. Un premier tour de chauffe. Deuxième tour. Un disque rouge émerge d’entre les arbres. Ô temps, suspend ton vol.

Une quinzaine de mètres carrés d’eau libre sous les branchages d’un pin qui se penche pour se mirer dans le vaste miroir liquide. La mare frétille. Tous les habitants du lac se sont retrouvés là. Canard colvert, cygnes, foulques, poules d’eau, bernaches, mouettes tout ce petit monde cohabite et se serre les plumes pour lutter contre le froid qui grignote petit à petit son espace vital.

Peut-être les hommes attendent également que son espace vital soit réduit à la portion congrue pour enfin se serrer les coudes et faire fi des différences ? Qu’ils se rassurent, l’attente ne sera probablement plus très longue...

Presque seul. Quelques marcheurs ou flâneurs venus profiter des premiers rayons solaires qui se reflètent déjà sur la surface vitrifiée. Quelques coureurs. Des pancartes et un fil rouge et blanc dissuadent l’intrépide de poser le pied sur la glace. Interdire. Des traces de pas sur la neige qui macule la couche de glace. Intrépides.

Déjà, il faut revenir. Revenir dans le bruit et fureur citadine. La parenthèse s’achève.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 56 / 590422

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Blog  Suivre la vie du site Éclectique   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9