Les tribulations d’un astronome

Urga

jeudi 6 mai 2010 par Guillaume Blanc
JPEG - 54.1 ko

J’écoute la musique de ce film depuis bien des années. Une très belle musique du compositeur russe Edouard Artemiev. En fait je crois que j’écoute la musique de ce film depuis, disons 1993. Le film, lui, est sorti sur les écran en 1991.

Je l’ai donc finalement vu, en DVD, ce superbe film de Nikita Mikhalkov, réalisateur russe de son état. Le seul film que j’ai vu de lui, d’ailleurs. Des images exactement à la hauteur de la musique qui berçait déjà mes oreilles. Un film formidable qui se déroule au milieu des immenses steppes mongoles, prairies vallonnées à perte de vue.

Quand Sergueï s’endort au volant de son camion,celui-ci se plante dans une rivière au beau milieu de nulle part, mais quand même pas très loin de la yourte de Gombo et sa famille. Gombo vit à l’ancienne, sans télé, mais avec des moutons et des chevaux. Sa femme, Pagma, est une « fille de la ville ». Ils ont déjà trois enfants. Gombo en aimerait bien un quatrième (ou pas), mais est-ce bien raisonnable ? Pagma propose à Gombo d’aller en ville acheter des préservatifs. Sergueï, qui découvre une manière de vivre dont il ne soupçonnait pas vraiment l’existence, emmène Gombo à la ville. Mais pas facile d’acheter des préservatifs, quand il faut demander à la dame de la pharmacie, n’est-ce pas ?

Peu importe, en fin de compte, la vie reprend son cours, comme si de rien n’était, et finalement la télé, c’est bien plus chiant que les herbes qui ondulent à l’infini dans la brise.

L’urga c’est le grand bâton des mongols, qui a plusieurs utilités : doté d’un lasso au bout, il leur sert à attraper les bêtes de leurs troupeaux ; et quand ils font l’amour au milieu des grandes herbes de la steppe, ils le plantent visiblement, afin que tout le monde sache qu’ils ne faut pas les déranger.

C’est simple comme un beau paysage, c’est beau comme de la poésie. Je me suis laissé envoûté tant pas la musique que par les images. Non seulement ce film dure deux heures, mais contrairement à la (ma) règle habituelle qui veut qu’un film de deux heures dure généralement une demi-heure de trop, là ce n’est pas le cas, même en DVD, on a envie que ça continue...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 410 / 590258

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Blog  Suivre la vie du site Cinéma   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3