Les tribulations d’un astronome

Peinture verte...

lundi 25 mars 2013 par Guillaume Blanc

Dans le bas d’un courriel d’un pote qui a une adresse sur laposte.net, je suis tombé sur une pub pour un rallye, dont La Poste est le messager officiel. Par curiosité, me demandant pourquoi La Poste s’impliquait dans ce genre de truc, j’ai cliqué, pour tomber sur la description suivante :

« Le Rallye Aïcha des Gazelles est une course composée exclusivement de pilotes et de copilotes féminins qui se déroule du 16 au 30 Mars 2013.

Laposte.net est partenaire de cet évènement exceptionnel, qui développe une vision unique de la compétition automobile : pas de vitesse et pas de GPS, mais une navigation à l’ancienne, en hors piste, respectueuse de l’environnement. »

C’est là que le bas blesse : comment un rallye mécanique en hors piste dans le désert Marocain peut-il être respectueux de l’environnement ?

Simple, il suffit d’avoir un bureau, Veritas, qui ponde une norme débile, il suffit de faire un dossier épais comme le bras en disant que d’année en année, on consomme moins de carburant, donc on émet moins de C02 (par équipage, mais comme le nombre d’équipe augmente...), on fait moins de vol en hélico... pour ensuite se gargariser d’être le premier rallye à répondre aux exigences de la-dite norme. Il suffit de dire qu’on respecte les populations locales parce qu’on roule à 40 km/h dans les villages... Il suffit de pondre une charte et de faire jurer-cracher aux pilotes que non ils n’iront pas écraser les petites bêtes avec leurs monstres mécaniques (même s’ils — enfin elles, puisque seules des femmes peuvent y participer —, elles, donc, ont le droit — le devoir, puisque c’est le but ! — de passer en hors piste). De couper droit dans les dunes et au milieu des montagnes. Certes, l’organisation claironne que ce n’est pas la vitesse qui compte (on peut espérer que les petits marocains spectateurs ne seront pas percuter stupidement), mais le minimum de kilomètres parcourus entre deux points ! Bonjour le respect de la nature dans ces conditions ! Écosystèmes fragiles du désert, vous n’avez qu’à bien vous tenir : quand 150 bagnoles vous auront traversé parce que vous avez le malheur d’être au mauvais endroit, il faudra essayer de relever la tête, pour voir.

Les pilotes ont donc le choix de leur itinéraire (et sans GPS, hein, à l’ancienne, avec une boussole, ça fait mieux dans les plaquettes). On imagine le fuseau de saccage que cela induit sur le milieu naturel. Au lieu de bousiller comme il faut un bonne piste, on va s’approprier toute la nature. Allez, dispersez-vous, va !

Les loisirs motorisés en hors piste sont interdits en France, donc on va polluer et surtout saccager les pays qui n’ont pas cette avancée environnementale. Et puis on s’entoure de bonne conscience environnementale, pour se dire qu’après tout, 150 bagnoles qui doivent consommer 10-15 litres/100 km, qui parcourent en hors piste plusieurs centaines de kilomètres chaque jour, et ce pendant 15 jours, ce n’est pas si grave, le Maroc et la planète s’en relèveront. Jusqu’à l’année suivante...

Le pire, c’est probablement ça : se dire respectueux de l’environnement quand on fait ce genre de truc.

En plus de tout polluer et abîmer, ils sont malhonnêtes. Comme quoi les femmes n’ont rien à envier aux mecs dans ce domaine...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 256 / 590258

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Blog  Suivre la vie du site Environnement   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3