Les tribulations d’un astronome

À celles et ceux qui rechignent à payer des impôts...

jeudi 19 septembre 2013 par Guillaume Blanc

Rhaaa, les impôts, quel sujet de conversation, entre la poire et le fromage, qui ne peut qu’être consensuel : qui pourrait bien être « content » de voir une fraction non négligeable de son salaire partir « en fumée » dans les impôts ?

Combien de fois n’ai-je entendu ce discours, l’état nous saigne, on travaille durement et tout cet argent qui part dans les impôts... Le français est râleur par définition, il eut été étonnant qu’il en soit autrement. Du coup, on les paye ces impôts, parce qu’il faut bien, mais si on pouvait se payer un séjour aux Maldives à la place, hein — ou encore mettre les liasses de biftons sous le matelas... La lecture d’un article de Rue89 m’a encore mis hors de moi : Julia, capitaliste jusqu’au bout des ongles refuse de payer des impôts....

Mais alors, je vous demande : qui a payé vos études depuis l’école maternelle ? Qui a payé vos frais médicaux quand vous étiez malades ou accidentés ? Et j’en passe.

À ceux qui trouvent qu’on paye trop d’impôts, j’aimerais qu’ils aillent passer quelques temps aux États-Unis, pays de cocagne bien connu s’il en est. Quand on leur demandera de payer plusieurs dizaines de milliers de dollars pour chaque année de scolarité de leurs enfants (notamment à l’université), quand on leur demandera de payer leurs soins médicaux (la nuit d’hôpital coûte 10000 $ là-bas contre 1500 € — transparents — en France), quand les pompiers qui les récupèreront sur un lieu d’accident leur demanderont leur carte de crédit avant de les emmener à l’hôpital, ils verront si ce n’est pas « un luxe » de payer des impôts.

Évidemment, tout cela est transparent pour nous, les pompiers ne nous demandent rien, la police non plus, les enseignants non plus. Personne ne nous envoie la facture. Tout ce petit monde, entre autre, est payé par nos impôts [1].

Nous sommes des enfants pourris-gâtés, et le pire c’est qu’on se plaint encore...

Accessoirement, les impôts permettent de payer la recherche publique qui est un investissement sur l’avenir économique de notre pays. Mon salaire, donc. Mais je paye des impôts, et j’en suis ravi : après tout ça veut aussi dire que je gagne un peu d’argent !

Les prévisions météo que vous avez gratuitement sur France Inter, et puis même France Inter que vous écoutez gratuitement et quasiment sans pub, un certain nombre de musées, bibliothèques, monuments sont aussi gérés avec nos impôts. Et oui, tout cela n’est pas gratuit, malgré les apparences. Alors cessons de râler, soyons content d’avoir des impôts à payer et un pays avec des services publiques qui fonctionnent encore pas trop mal !

Parce que c’est ça, vivre en société, sans un minimum de solidarité, ça ne fonctionne pas. Ne pas vouloir en payer ou rechigner à le faire c’est finalement faire preuve d’un profond égoïsme. Que ceux qui refusent de payer des impôts aillent vivre au fin fond d’un quelconque désert, sans profiter chaque jour des infrastructures collectives...

Ceci étant, il y a quand même un moyen de payer moins d’impôts : faites un don à Mountain Wilderness — il sera déductible à 66% de ce que vous devez à l’état : une manière de choisir où va une partie de votre argent !

[1Pour mettre des chiffres sur tout ça, voir « Dépenses Publiques : des comparaisons piégées, » Alternatives Économiques n° 327, septembre 2013.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1535 / 576771

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Blog  Suivre la vie du site Société   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4