Les tribulations d’un astronome

Luciole ou ver luisant ?

mercredi 1er juillet 2009 par Guillaume Blanc

Un soir d’été, au moment d’éteindre la lumière, une faiblarde lueur verdâtre, fluorescente, remplit la pièce en tremblotant, émanant d’un petit coin, par terre. Rencontre du troisième type avec ambiance fantasmagorique garantie.

JPEG - 70.4 ko
Alien, le huitième passager ?

En guise d’E.T., la lumière retrouvée révéla une hideuse bestiole, visiblement perdue, insecte au derrière luisant. Ver luisant. Lampyre. Un seul et même animal [1] derrière ces qualificatifs, celui qui décore nos nuits campagnardes estivales de ses petites lanternes. Petite loupiote abdominale pour madame, pour mieux attirer monsieur et être plus sûr de se retrouver pour s’accoupler (c’est plus romantique que Meetic, non ?). Pleine saison des amours des lampyres.

JPEG - 56.7 ko
Femelle d’un ver luisant aussi appelé lampyre (Lampyris noctiluca ou peut-être Phausis splendidula)

Amours de plus en plus contrariés par la civilisation omniprésente, en l’occurrence sa pollution lumineuse (vous savez, ces lampadaires qui passent leur temps à éclairer le désert nocturne...), partageant au passage ce grief avec les astronomes. Insectes qui s’éteignent, donc, doucement. Dommage, car, prédatrices, leurs larves permettent de réguler la population de limaces ou escargots. Donc si vos salades se font bouffer, éteignez la lumière la nuit. Et puis même si vos salades restent entières, éteignez vos lumières la nuit.

Le lampyre ne rayonne pas. Il « fluoresce ». Ce n’est pas un charbon ardent au bout de la queue qui dégage cette lumière (qui devrait, au passage, avoir une température supérieure à celle de la surface solaire pour émettre ce joli vert), mais son photophore. Organe garni entre autre de cellules photocytes, sièges d’une réaction chimique, qui voit une molécule spécifique, la luciférine, s’oxyder. Elle se retrouve ainsi dans un état « excité, » caractérisé par un trop-plein d’énergie. C’est en revenant vers son état fondamental, calme et stable, qu’elle va se débarrasser de ce surplus d’énergie en émettant un photon, grain de lumière dont la longueur d’onde est d’environ 560 nanomètres (de couleur vert-jaune). C’est le phénomène de fluorescence. On parle de lumière « froide » par opposition à la lumière « chaude » ou « thermique » émise par un corps à haute température (ampoule à incandescence, métal en fusion, Soleil...). D’où la lumière verdâtre un peu irréelle émise par les vers luisants.

Dans le temps la campagne pouvait être illuminée de milliers de ces insectes singuliers simultanément. De nos jours, on en voit encore un ou deux de temps en temps. La nature s’épuise devant la civilisation.

[1Contrairement à ce que l’on peut lire un peu partout sur la toile, la luciole et le ver luisant ne sont pas exactement le même insecte, même si ce sont tous deux des coléoptères appartenant à la famille des lampyridae. Le ver luisant (en photo) aussi appelé lampyre, insecte dont seul le mâle vole. Pour la luciole (Luciola lusitanica), seul le mâle vole, mais la femelle est quand même pourvue d’ailes. Ces deux espèces de lampyridae sont présentes en France. Et on peut observer dans certains coins de campagnes obscures des vols de milliers de ces petites lanternes que sont les lucioles.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 29233 / 561309

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science  Suivre la vie du site Biologie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4