Les tribulations d’un astronome

Organisations idéologiquement douteuses

mercredi 18 septembre 2019 par Guillaume Blanc

Je voudrais lister — et expliciter — quelques organisations ayant pignon sur rue, liberté d’expression oblige, mais dont l’idéologie me semble particulièrement douteuse. Douteuse car faisant la promotion de thèses globalement pseudo-scientifiques, c’est-à-dire des idées se voulant estampillées sciences, mais n’en étant pas. Au mieux cela brouille l’image de la science et donc de la réalité factuelle tout en semant un doute malsain dans les esprits, au pire cela engendre des victimes, comme quand la doctrine véhiculée est l’anti-vaccination, par exemple. Ou le déni climatique. Il y a aussi le dogmatisme écologique en porte-à-faux de la réalité scientifique qui peut bercer (berner ?) de douces illusions ou bien retarder certaines solutions.

 Solidarité et progrès

Solidarité et progrès est un parti politique fondé par Jacques Cheminade à la fin des années quatre-vingt dix qui défend les idées de l’américain Lyndon LaRouche. Ce dernier est un fervent adepte de la théorie du complot autour du 11 septembre [1]. Le mouvement nie également le réchauffement climatique, et fait de François Gervais sa figure de proue dans ce domaine. Alexandre Moatti se fend d’un chapitre sur Lyndon LaRouche et ses idées dans un chapitre de son livre Altersciences intitulé « Lyndon LaRouche et le technofascisme ». Le plus étonnant est que l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet soutient ces idées… Mon idole de jeunesse ; ça fait drôle !

 Anthroposophie

L’anthroposophie est un vaste courant ésotérique basé sur des dogmes édictés au début du 20e siècle par l’autrichien Rudolf Steiner. Elle nie la science et sa méthode. Ses dogmes sont réfutées par la science. C’est pourtant un système de croyances très en vogue aujourd’hui, très puissant également, car possédant des richesses (des banques, des commerces, etc.) et une étendue internationale tentaculaire. La biodynamie en agriculture provient directement des dogmes édictés par Steiner, comme l’utilisation de la bouse de vache préparée par fermentation et introduite dans des cornes de vache (sic !). Ou bien le fait de jardiner avec la lune, une croyance tenace en particulier chez les jardiniers amateurs. Mais il y a plus grave, comme la position anti-vaccin des tenants de cette croyance : l’anthroposophie est ainsi responsable d’une épidémie de rougeole. La reproduction idéologique se fait au sein d’écoles « Steiner » qui mettent en place des « pédagogies Steiner-Waldorf ». Le but des écoles Steiner est d’enseigner l’œuvre ésotérique du gourou. Un ancien élève puis enseignant de ces écoles, ayant finalement pris conscience du problème, Grégoire Perra, dénonce depuis inlassablement les pratiques sectaires de ces écoles sur son blog. En juillet 2018, le journaliste Jean-Baptiste Malet publie une longue enquête sur l’anthroposophie dans le Monde Diplomatique. Un certain nombre d’élites politiques et culturelles françaises sont proches de ce mouvement.

 Université Interdisciplinaire de Paris

Contrairement à ce que son nom indique, ce n’est pas une université mais une association loi 1901. De quoi déjà semer le trouble. L’objectif de cette organisation est de promouvoir les concepts du dessein intelligent [2], ainsi qu’un rapprochement entre science et religion. Les deux champs de connaissances ont des méthodes diamétralement opposées l’une de l’autre, la première se fonde sur une méthode, procède par essais et erreurs pour construire, brique après brique, la connaissance, qui reste réfutable à tout moment, dès lors qu’une nouvelle expérience ou une nouvelle observation vient contredire la précédente. La seconde ne s’embarrasse pas d’autant de rigueur et construit son savoir sur des dogmes. Le bât ne blesserait pas si l’une et l’autre se cantonnaient à rester dans ses attributions. Mais la religion cherche à combler le vide, expliquer ce que la science ne peut encore encore faire faute de connaissance, elle cherche a se donner les atours de la science sans pour autant en avoir la rigueur. Elle aimerait être cautionnée par la science, mais les méthodes sont inconciliables. Il n’en reste pas moins que certains scientifiques mélangent allègrement les deux jusqu’à semer la confusion. Ils se réunissent en association, sous la caution de la puissante fondation Templeton outre-atlantique. Le risque étant là de dévoyer la science et de faire croire qu’elle est ce qu’elle n’est pas, à savoir une spiritualité. Tiens, Luminet, encore… Mais tant d’autres, des noms prestigieux !

 Climato-réalistes

J’ai découvert le site web de cette organisation (association) à l’automne 2018, lors de mon cours Physique et Société, au cours d’une formation à la bibliothèque universitaire à la recherche documentaire pour les étudiants. « Climato-réaliste, » par opposition à « climato-dénialiste » ? De fait, dans l’aréopage du comité scientifique de cette association, on retrouve notre cher François Gervais : les climato-réalistes sont bien des climato-dénialistes. Mais d’autres, aussi, comme Vincent Courtillot, climatosceptique [3] notoire, bras droit d’Allègre. Ou Benoît Rittaud, mathématicien. Ou encore le physicien Jacques Duran (décédé en 2018) qui semble avoir versé dans le climatoscepticisme sur le tard, à travers un site web. Bref, des scientifiques, souvent au CV tout à fait honorable (plus que le mien en tout cas), qui s’imaginent peut-être dénoncer une imposture, un complot, ou bien qui sont financés par l’industrie pétrolière pour semer le doute, que sais-je… On y retrouve des physiciens, mathématiciens, géophysiciens, mais aucun climatologue.

 Le mouvement Colibris

C’est un mouvement « citoyen » écologiste initié par Pierre Rabhi il y a un peu plus d’une dizaine d’années. Ce qui suffit à mes yeux pour m’éviter d’y mettre ne serait-ce qu’un orteil. Je ne souhaite pas cautionner l’idéologie globalement anti-scientifique du bonhomme [4], inspirée par l’anthroposophie. Le mouvement Colibris est cité dans le dernier rapport (2017) de la Miviludes (mission interministérielle chargée de la lutte contre les dérives sectaires) : « En tissant des liens avec le mouvement des Colibris, fondé notamment par Pierre Rabhi en 2007, qui promeut les écoles Steiner Waldorf et l’agriculture biodynamique, on observe que les orientations spiritualistes et philosophiques de R. Steiner sont très répandues dans le domaine des propositions alternatives d’enseignement et plus encore dans celui de la production biologique. » Le mouvement cautionne la pédagogie Steiner ainsi que l’agriculture biodynamique. Il n’est donc toujours pas sorti de l’idéologie ésotérique de son fondateur.

[2Croyance qui prétend qu’une intelligence supérieure organise le monde et son évolution.

[3Pour citer François-Marie Bréon : « le scepticisme est une attitude positive, à encourager. À l’inverse, dans le domaine des sciences, le dénialisme désigne « le rejet des faits et des concepts indiscutables et bien soutenus par le consensus scientifique, en faveur d’idées radicales et controversées ». On est bien dans ce cadre en ce qui concerne l’impact des activités humaines sur le climat. »

[4Voir par exemple : Le système Pierre Rabhi, août 2018, Le Monde Diplomatique : https://www.monde-diplomatique.fr/2... et « Terre et humanisme », notre visite chez des agroécologues ardéchois, AFIS07, août 2012 : http://afis-ardeche.blogspot.com/20...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 77 / 777490

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Blog  Suivre la vie du site Pointillages   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4