Les tribulations d’un astronome

Poster un message

En réponse à :

Les chaussures italiennes

samedi 14 août 2010 par Guillaume Blanc

Il fut mon livre de chevet pendant quelques temps. Je l’ai terminé dans l’avion qui m’emmenait de Paris à Chicago. Il m’a permit de ne pas perdre patience lors de l’interminable file d’attente à l’enregistrement d’American Airlines, et puis de passer le temps, tout simplement pendant une bonne moitié des neuf heures qu’a duré le vol.

Un roman suédois de Henning Mankell. L’histoire d’un sexagénaire, ancien chirurgien de son état, qui vit reclus sur une île déserte de la mer Baltique depuis bon nombre d’années, après avoir fait une tragique erreur médicale. L’histoire débute en plein mois de janvier, l’île est entourée de banquise, on peut aller sur le continent à pieds. Le narrateur s’apprête à faire son petit rituel quotidien, creuser un trou dans la glace, se plonger tout nu dans l’eau glacée. Comme pour se prouver qu’il est encore vivant. Sa seule compagnie sont un chien, un chat, et la visite quasi-période du facteur hypocondriaque. Pendant douze il en été ainsi. Et puis un jour une dame est apparue sur la banquise. Une vieille dame accrochée à son déambulateur. Harriet, la femme qu’il a aimé plus qu’aucune autre, et lâchement abandonné quarante ans plus tôt.

« Il existe des trahisons qui ne peuvent se pardonner, ni même s’expliquer de quelque manière que ce soit »

Dès lors, sa vie va basculer, irrémédiablement. Elle vient lui demander d’honorer une promesse qu’il lui avait faite alors. Cela va lui donner l’occasion de revenir vers le monde des hommes. Et des femmes. De sortir de sa « cellule » d’isolement dans laquelle il s’était volontairement plongé.

« La plupart des voyages dont on rêve n’ont jamais lieu. Ou alors on les accomplit intérieurement. L’avantage, quand on emprunte ces vols intérieurs, c’est qu’on a de la place pour les jambes. »

C’est un livre formidable, admirablement bien écrit : il se lit tout seul ! Décidément, j’aime de plus en plus la littérature nordique. Ces histoires de froid, ça me plaît !

« La mort ne me fait pas peur. Ce que je n’aime pas, c’est l’idée que je vais devoir rester morte si longtemps. »

« Les bruits, ici, paraissaient contraints de faire la queue avant d’être autorisés à entrer dans le silence. »

En réponse à :

Les chaussures italiennes

29 août 201000:14

Salut,Voilà bien longtemps que je lis les articles publiés sur votre site et n’avais jamais pris le temps de réagir. Super boulot, bravo aux rédacteurs et à la pertinence de leurs idées !Catherine


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 741751

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 7