Les tribulations d’un astronome

Poster un message

En réponse à :

Mais, où sont les couleurs ?

dimanche 3 février 2013 par Guillaume Blanc

En ces temps de grisaille hivernale, je m’étonne que les villes ici-bas soient si grises, comme si elles voulaient absolument refléter l’impression tristoune qui transpire déjà de chaque volute nuageuse. Je me demande pourquoi le béton qui tapisse nos villes est si gris. Je me demande pourquoi les gens renchérissent en s’habillant systématiquement en noir et blanc. Blanc ou noir. Noir. Le plus souvent.

Dans les pays nordiques, les habitants font la nique à la grisaille en peignant leurs demeures de toutes les couleurs. Ici, que nenni. Se fondre dans le gris. Surtout. Faire corps avec le ciel. Gris. Afin que le bas plafond puisse s’engluer au mieux dans les bâtiments à étages qui nous abritent.

La foule des citatins est noire. Unie. Pourquoi ? Pour se fondre dans la masse ? Passer inaperçue ? En Éthiopie, où il n’y a pas vraiment de problème de grisaille céleste, surtout à l’époque où j’y étais, les gens s’habillent de couleurs vives. Pourquoi s’encombrer de noir ou de blanc, quand on peut accéder à toute une palette à l’infinie richesse ? Binarité ou multiplicité ? C’est beau, ces habits de couleurs.

Paris. Métro. Une foule grise, noire souvent, se précipite dans la rame. Foule monochrome. Sur les trottoirs trottinent des gens aux habits noirs. Comme la Mort ? Tu m’étonnes que le parisien est triste. Tristesse légendaire. Pourquoi ne met-il pas quelques couleurs dans sa vie, le parisien ? Vie de parisien. Comme s’il voulait se fondre dans le béton. L’asphalte. Caméléon du béton. Incompréhensible.

Parfois, pourtant, un ou une illuminé(e) transgresse la loi tacite — contagieuse —, et s’enroule dans quelque arc-en-ciel... C’est beau un arc-en-ciel qui se détache sur la grisaille ambiante. L’arc-en-ciel, c’est comme pour redonner ses couleurs au ciel, après la pluie...


En réponse à :

Mais, où sont les couleurs ?

14 juillet 201310:32, par Guillaume Blanc

C’est vrai que les maisons alsaciennes sont bien plus gaies que celles de la région parisienne. Mais je ne sais pas si ces couleurs (néanmoins moins vives que celles des maisons du Grand Nord) sont là pour chasser la morosité ou bien pour une autre raison. D’ailleurs, je ne sais même pas si tel est vraiment le cas pour les maisons des esquimaux. En tout cas, ça me plaît bien comme explication !


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 658817

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 11