Les tribulations d’un astronome

Poster un message

En réponse à :

Le glacier Blanc, goutte à goutte

dimanche 18 août 2019 par Guillaume Blanc

Le glacier Blanc est le plus grand glacier du massif des Écrins. Il naît sur les pentes de la face nord du point culminant du massif, la Barre des Écrins (4102 m).

La Barre des Écrins
À l’occasion d’un bivouac sur le glacier Blanc fin août 2011.
Le glacier Blanc et la Barre des Écrins
En descendant du pic du Glacier Blanc en 2016.

C’est un glacier qui était facilement accessible il n’y pas si longtemps. Quand j’étais gamin, dans les années 1980 et 1990, une balade d’une heure sur un sentier en lacet depuis le pré de Madame Carle permettait d’aller admirer la gueule béante du géant de glace. Elle se trouvait juste à côté du sentier. J’allais « explorer » les entrailles de glace.

Le front du glacier blanc en juillet 2016
Vue depuis le glacier des Violettes . Avec la pointe de la Grande Sagne à gauche, et la montagne des Agneaux, à droite, dans les nuages.

La passerelle sur le torrent du glacier Blanc en 1986 :

Entre le front du glacier et la passerelle

Les années 1980 sont l’objet d’une nouvelle avancée du glacier après une période de récession et avant une nouvelle période de recul qui perdure à l’heure actuelle. Il avait donc fallu modifier le tracé du sentier rejoignant le refuge, en contournant le glacier à l’aide d’une échelle métallique pour franchir une petite barre rocheuse. Cette échelle, désormais inutile, le sentier ayant retrouvé son tracé précédent, a été démontée en 2008.

En 2019, le glacier est loin, loin... (la passerelle n’a pas bougé !) :

Entre la passerelle et le glacier en 2019

Aujourd’hui le front du glacier a reculé de plusieurs centaines de mètres, il remonte d’année en année le verrou rocheux au-delà duquel se trouve un vaste plateau de glace de trois kilomètres de long.

Aujourd’hui, le glacier pleure sa glace. Il fond. Il se rétracte, il rapetisse, il se carapate vers les hauteurs. Peau de chagrin. La faute au réchauffement climatique. La faute à notre civilisation basée sur la combustion du carbone.

Le glacier Blanc en 1930 vu depuis le pré de Madame Carle
Source
Le glacier Blanc depuis le lac Tuckett (vers 1900 ?)
Source

En 1900, le glacier Blanc affleurait à proximité du refuge Tuckett, ancien refuge situé sous l’actuel refuge du glacier Blanc, à 2440 m d’altitude. Il avait donc plus de cent mètres d’épaisseur à cet endroit. Son front est actuellement ratatiné vers 2500 m d’altitude. Les cent mètres d’épaisseur de glace ont disparu.

Le front du glacier Blanc en août 2011
Reflet dans le lac « Tuckett » sous le refuge du glacier Blanc.
En août 2019.

Lors de l’été 1986 je suis allé à deux reprises à côté du glacier Blanc. J’avais 11 ans, je faisais mes premières photos, probablement avec un appareil compact, le Baroudeur. La pellicule en question a le numéro 18...

Comparaison de la rive droite du glacier entre 1986 et 2019 :

Rive droite du glacier en 1986
Rive droite du glacier en 2019

La langue glaciaire recouvre majestueusement le verrou en 1986, et le dévoile pudiquement en 2019 :

La langue glaciaire en 1986
Vue sur le verrou en 2019

La fonte est tellement rapide qu’en l’espace de trois petites années, on la voit ! Un gros plan sur le front du glacier entre juillet 2016 et août 2019 :

Le front du glacier en 2016
Le front du glacier en 2019

En septembre 1985, ce fut probablement ma première visite (10 ans) au glacier Blanc :

En 1985, alpiniste en herbe !

En famille :

Famille nombreuse !

Le glacier Blanc fait l’objet d’un suivi scientifique intense par l’Observatoire du glacier Blanc. Des mesures du bilan de masse, différence entre la masse de glace accumulée en hiver et celle perdue en été (ablation), entre autre, sont faites par le Parc National des Écrins :

Le constat est amer : il perd de sa superbe, indéniablement. Qu’en sera-t-il dans quelques décennies, à l’allure où ça va ?

Une certaine tristesse nostalgique s’empare de moi en voyant ce géant qui semblait immortel du haut de mes 10 ans devenir inaccessible ou presque. Mortel. J’ai fait une balade cet été au refuge du glacier Blanc avec ma fille de 6 ans et demi et ses cousins mais la glace n’a pu être approchée. Seulement observée, de loin. De très loin. Combien de temps, encore ?

Il s’écoule, inlassablement.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 769516

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9