Les tribulations d’un (ex) astronome

Poster un message

En réponse à :

Le visage de Dieu

lundi 6 septembre 2010 par Guillaume Blanc

Les frères Bogdanov récidivent. Après « Avant le Big Bang », ils reviennent à la charge avec « Le visage de Dieu ». Rien de moins. Je n’avais pas lu le premier, ne voulant pas ajouter de l’eau au moulin de ces charlatans, m’étant alors contenté des critiques acerbes que j’avais pu lire un peu partout. Mais avec celui-là, je voulais en avoir le cœur net et me faire une opinion par moi-même. Je l’ai donc emprunté et lu.

La lecture de ce livre me conforte dans l’idée que les frères Bogdanov sont d’excellent conteurs d’histoire, c’est bien écrit, le style est alerte et fluide, c’est plaisant à lire. En revanche, dès qu’il s’agit de parler de sciences, et plus particulièrement de physique, on se rend compte rapidement, pour peu que l’on ait quelques connaissances en la matière, qu’ils ne comprennent pas toujours ce qu’ils racontent, en particulier sur les phénomènes physiques simples que tout étudiant apprend au cours de sa scolarité en licence. Par ailleurs ils surfent sur l’art de broder autour des fragments d’information dont ils disposent.

Leur livre est grosso modo découpé en trois parties. La première retrace l’histoire de la découverte du rayonnement fossile, pierre angulaire de la théorie du Big Bang qui explique l’histoire de l’univers. Ils enrobent les faits de descriptions mielleuses, dont on imagine bien qu’elles ne proviennent que de leur fertile imagination. Il n’est pas toujours facile de séparer le bon grain de l’ivraie. Par ailleurs, ils flirtent sans arrêt avec la théologie et la métaphysique [1], ce qui rend leur discours globalement insupportable. Sans oublier une bonne dose de numérologie [2].

Dans leur quête de l’être surnaturel à l’origine de toute chose, et en particulier de notre univers et de nous-même, le lecteur a droit au couplet sur les constantes fondamentales de la physique parfaitement ajustée (par qui ?) pour que nous soyons là à en discourir. Ils abordent brièvement la complexité de la vie, en oubliant que la théorie de l’évolution permet de l’expliquer (en procédant par petites étapes successives dans la croissance de la complexité), il n’y a rien de surnaturel là-dedans, même s’ils prétendent que (p. 186-187) : « Tout semble au contraire avoir été minutieusement préparé, organisé dans le Grand Théâtre cosmique pour permettre l’apparition, sur la scène de l’Univers, d’une matière ordonnée, puis de la vie, et enfin de la conscience. Ce réglage d’une précision vertigineuse permet-il d’en déduire de facto une Intelligence organisatrice transcendant notre réalité ? » Quelle rhétorique !

Dans une deuxième partie, ils sont obligés d’aborder un peu de physique, pour décrire ce qu’est ce rayonnement fossile et comment les physiciens le détectent et le mesurent. Ce n’est pas complètement faux, mais c’est très (trop !) imprécis, cela démontre leur absence de maîtrise des phénomènes physiques de base [3].

Dans une troisième partie, ils tentent d’expliquer leur propre théorie sur l’origine du rayonnement fossile, l’origine des briques élémentaires, qui nous proviendrait d’avant le Big Bang. Carrément. Bref, ils ont beau dire sans arrêt « nous pensons que », le fait est qu’ils sont bien les seuls à penser ainsi.

Le chapitre 20, « D’où vient l’énergie noire ? », vaut son pesant de cacahouètes. les frères Bogdanov assurent sans coup férir qu’ils sont purement et simplement les inventeurs de l’énergie noire (« nos calculs débouchaient sur quelque chose d’étrange »). Juste avant sa mise en évidence observationnelle, en juin 1997, ils disent qu’ils essayaient de convaincre Gabriele Veneziano de leur découverte théorique. Celui-ci n’étant pas très réceptif, ils en concluent qu’il est « en général distant face aux constructions trop mathématiques ». Quand on sait que Veneziano est l’un des pères de la théorie des cordes, superbe édifice de physique théorique (donc un peu de maths dedans, quand même), l’affirmation fait sourire gentiment. Page 229 : « Or ce qui n’allait pas dans les équations, c’est que ce champ invisible, totalement inconnu, ne pouvait bizarrement qu’accélérer sans cesse l’expansion de l’Univers. En somme, à en croire nos calculs, le cosmos était comme soumis à l’action d’une force invisible qui le forçait à se ruer de plus en plus vite vers l’infini. » Truc classique des charlatans en sciences, ils tentent de faire valoir leurs théories foireuses en prenant le grand public à témoin ; en effet, les Bogdanov n’ont jamais exposé un quelconque résultat là-dessus dans une revue scientifique à comité de lecture (c’est-à-dire dont les lecteurs sont les scientifiques spécialistes du sujet), comme cela se pratique normalement. Une phrase lâchée comme ça dans un livre de vulgarisation ne vaut rien, si ce n’est, malheureusement, à discréditer la science. La vraie. De surcroît, on peut facilement conclure que le truc qu’ils avaient dans leurs équations n’était pas la fameuse énergie noire, car celle-ci n’a pas dominé tout le temps, donc l’univers n’a pas accéléré « sans cesse ». Ils mentent sans vergogne, mais comme ils ne comprennent pas tout, leurs mensonges s’effondrent comme des châteaux de cartes. Encore faut-il avoir quelques connaissances préalables sur le sujet pour démêler leur propos.

Les ultimes pages avec la description de leur pseudo-théorie qui résout tout, sont du grand n’importe quoi. Ils parlent de temps imaginaire, probablement parce qu’ils ont lu ça dans Stephen Hawking (« Une brève histoire du temps »), et l’assimile à l’« information », version bogdanofiée du théorème de Noether, qui stipule que la conservation de l’énergie découle de l’homogénéité du temps. Leur temps imaginaire d’avant le Big Bang a ainsi son pendant, l’« énergie imaginaire » qu’ils appellent « information. » Qui, bien sûr, se mesure en bits ou octets. Comme ça, grâce aux frères Bogdanov, vous savez d’où viennent ces gigaoctets qui tapissent mystérieusement les entrailles de vos ordinateurs et autres disques durs : mais oui, d’avant le Big Bang ! Donc Dieu a créé l’information, qui est devenue de l’énergie qui est devenue de la matière. Mais qui a créé Dieu ? Et l’information d’où vient-elle ? D’avant avant le Big Bang ? Et voilà, tout est finalement donc codé (les constantes fondamentales de la physique, l’évolution, la complexité de la vie, l’intelligence, etc, etc) sur un gigantesque CD (ou DVD). Donc Dieu, en fin de compte, c’est Philips ! CQFD.

Le plus insupportable c’est que les auteurs ponctuent leur récit de citations de « spécialistes » soit provenant des livres de vulgarisation que ceux-ci ont écrit, soit provenant de la correspondance qu’ils prétendent avoir eu avec certains d’entre eux. Ces citations, innombrables, sont évidemment là pour étayer leur propos, comme si citer ces spécialistes aller donner plus de poids à leur mensonges.

Mais à côté de spécialistes incontestables, on trouve d’autres énergumènes, comme Freeman Dyson, contestable dans ses idées, cité (p. 185) lors d’une conférence qu’il donna à la controversée — car prêchant un peu trop le créationnisme — Université Interdisciplinaire de Paris.

Finalement, pour moi, la plus grande énigme de ce livre c’est pourquoi Peebles (un grand théoricien qui a, entre autre, prédit l’existence du fond de rayonnement fossile), Wilson (co-découvreur du fond de rayonnement fossile avec Penzias, et Prix Nobel de physique 1978) et Mather (qui était responsable de l’instrument sur le satellite COBE qui mesure avec précision le spectre du fond de rayonnement fossile, et Prix Nobel de physique en 2006) ont accepté d’en écrire une postface. Assurément des physiciens de premier rang — dont les textes valent vraiment la peine d’être lus, à défaut des 260 pages d’âneries qui les précédent —, mais de langue anglaise, qui ne connaissent pas nos jumeaux nationaux, et qui se sont laissés tendrement emberlificotés par les beaux parleurs.

Bref, vous l’aurez compris, ce livre n’est pas le meilleur texte de vulgarisation sur la cosmologie, loin s’en faut. Le vrai est intimement mélangé au faux, à tel point que le lecteur averti a parfois du mal à démêler l’écheveau. Donc autant laisser ce truc de côté et lire des choses plus constructives. Le pire, dans tout ça, c’est qu’il a fait parti des meilleures ventes de la FNAC, où il est « coup de cœur des vendeurs ». Bref, peut-être que tout cela ne fait pas de mal, si toutefois cela ne fait pas forcément du bien à la science.

Un livre qui mêle un peu trop, à mon goût, métaphysique et science — d’ailleurs à ranger sur l’étagère métaphysique plus tôt que science —, se fondant malhonnêtement sur la réalité de la deuxième pour asseoir la première. Non, la science ce n’est pas ça. Et si les gens semblent avoir un besoin insurmontable de vouloir concilier les deux, comme en témoignent les trop nombreuses ventes de ce livre, on est en mesure de s’interroger sur la « vraie » science elle-même : pourquoi le public ne s’en satisfait pas ? Cet irrépressible besoin de « métaphysique » de la part de mes contemporains m’intrigue au plus haut point...

Quant aux Bogdanov, le mystère demeure : pourquoi ne se cantonnent-ils pas à ce qu’ils savent bien faire, c’est-à-dire raconter des histoires, en laissant la physique et la cosmologie à ceux qui la comprennent ?


Liens :


En réponse à :

Le visage de Dieu

5 octobre 201013:33, par Guillaume

« Un enfant de cinq ans comprendrait ça. Allez me chercher un enfant de cinq ans. » Groucho Marx


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1207098

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 5