Les tribulations d’un astronome

La Lune mange-t-elle les couleurs ?

samedi 25 août 2007 par Guillaume Blanc

Combien de fois ne m’a-t-on pas assuré que le linge se décolorait la nuit à la Pleine Lune... J’ai essayé de répondre à l’ensemble des croyances populaires quant à quelque action mystique de la part de notre satellite sur notre vie de tous les jours (jardinage, accouchements, décoloration excessive...) dans un précédent article.

Dans cet article j’essayais de démontrer qu’il est fort improbable que la Lune ait une quelconque action décoloratrice sur le linge séchant au grand air. Néanmoins les gens persistent à croire que la Pleine Lune décolore le linge ; j’ai beau leur dire que ce n’est pas possible, ils invoquent quelque mystérieux processus encore inconnu de la science. Et moi, n’ayant pu constater de visu ce phénomène, qui persiste à penser que c’est impossible, sans pour autant pouvoir expliquer rationnellement ce phénomène, si phénomène il y a. Et phénomène il y a.

Il y a quelques temps je tombe, non pas de la Lune, mais sur un article scientifique (mais écrit en français, avec des fautes), d’un certain Jean-Paul Parisot, spécialiste de la physico-chimie des atmosphères planétaires, de l’Observatoire de Besançon, qui s’intitule : « La Lune mange-t-elle les couleurs ? » Cet article a été publié en son temps dans le numéro 34 de la revue spécialisée Earth, Moon and Planets, à la page 273.

La croyance populaire attribuant l’effet de décoloration du linge à la Lune trouve son explication dans les échanges chimiques entre l’eau liquide et les gaz présents dans l’atmosphère au niveau du sol. Un processus qui peut paraître mystérieux, car impliquant une physico-chimie compliquée, mais néanmoins expliqué !

L’eau liquide est effectivement beaucoup plus présente la nuit que le jour au niveau du sol : la capacité de l’air à contenir de l’eau sous forme gazeuse diminue avec la température. À la tombée du jour, le sol réchauffé par le Soleil de la journée, se met à rayonner dans l’espace la chaleur accumulée et ainsi se refroidit ; à son contact les basses couches de l’atmosphère voient leur température baisser et deviennent ainsi saturées en vapeur d’eau ; cette eau se condense sous forme de gouttelettes à la surface du sol : la rosée. Si vous dormez à la belle étoile pensez donc à abriter votre livre de chevet si vous ne voulez pas le retrouver trempé au petit matin ! Il y a d’autant plus de rosée que le sol est peu conducteur de la chaleur (comme l’herbe), et qu’une grande amplitude thermique sépare le jour (l’air chaud a une grande capacité à absorber l’eau sous forme de vapeur) de la nuit, comme quand il fait beau.

Or les basses couches de l’atmosphère contiennent un peu d’ozone (O3) au niveau du sol. Ces molécules sont photodissociées, c’est-à-dire détruites par la lumière issue du Soleil, cette destruction donnant naissance à un certain nombre de radicaux, sortes de molécules chimiques avortées qui sont en équilibre avec le flux lumineux (autant de molécules d’ozone sont cassées que de radicaux se recombinent en ozone). Parmi ces radicaux libres, le peroxyde d’hydrogène (H2O2), qui donne naissance à l’eau oxygénée quand il se retrouve en solution dans l’eau, n’est pas détruit aussi rapidement qu’il est fabriqué : le soir, tandis que la nuit tombe et que la température chute, il subsiste du peroxyde d’hydrogène dans l’air. Les gouttelettes de rosée vont pouvoir dissoudre ce composé pour former de l’eau oxygénée au pouvoir oxydant et décolorant bien connu (blanchiment de la pâte à papier ou des cheveux...). Cette substance va ainsi agir chimiquement sur le linge abandonné là, à la grande surprise de la ménagère le matin venu.

Ainsi le pouvoir décolorant nocturne, bien réel mais faussement attribué à la Lune, n’est autre que le résultat d’un processus chimique de décomposition de l’ozone le jour, dont les produits engendrent de l’eau oxygénée dans l’humidité nocturne qui se dépose à la surface du sol, et donc du linge étendu au grand air. La Lune exerçant un fort pouvoir sur l’imagination, d’autant plus quand elle est pleine, on en oublie de constater que la décoloration du linge la nuit a également lieu quand la Lune est nouvelle, donc absente du ciel...


titre documents joints

27 avril 2010
info document : PDF
429.7 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 31067 / 549095

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science  Suivre la vie du site Croyances   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3