Les tribulations d’un astronome

Fin des records sportifs ?

vendredi 15 août 2008 par Guillaume Blanc

Nous vivons une époque formidable : nous savons que bientôt notre bonne vieille planète va jouer les cocottes minutes ; nous savons par ailleurs que depuis peu l’univers est en expansion éternelle et accélérée pour aboutir à quelque chose de morne et glacial que je préfèrerais ne pas connaître ; et puis, en cette période estivale d’Olympiade, outre les diverses polémiques que ce genre de manifestation alimente (droits de l’homme en Chine, Tibet, et j’en passe, dopage et compagnie...), il semblerait que l’Homme (avec un grand H) soit en train d’atteindre ses limites physiologiques. Pourquoi tout ça maintenant ? Paradoxe temporel... Pourquoi nous, pourquoi maintenant ?

En étudiant les records du Monde dans quelques disciplines reines des Jeux Olympiques (cyclisme, patinage de vitesse, athlétisme, natation, haltérophilie) depuis un peu plus d’un siècle, une équipe du laboratoire IRMES (Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport) a publié en février dernier des résultats qui montrent que nous sommes proche de la fin des records. Pour ce faire, Geoffroy Berthelot et ses collègues ont compilé 3263 records du monde établis entre 1896, quand les Jeux Olympiques ont été remis au goût du jour par Pierre de Coubertin, et 2007. Ils ont analysé cette compilation avec des outils statistiques pour montrer que les records convergent vers une limite qui devraient être bientôt atteinte, en ajustant l’évolution de ces records en fonction du temps par des courbes exponentielles décroissantes. Leur modèle ajusté rend compte des évènements historiques tels les Guerres Mondiales, où le sport a laissé place à d’autres activités, ou bien la Guerre Froide qui au contraire dopa la compétition sportive entre les pays du bloc soviétique et ceux du bloc occidental. Fort de leur modèle, les chercheurs prédisent de surcroît que la moitié des records « limites » seront atteints d’ici 2027, et 90 % le seront en 2068.

En un peu plus de 100 ans d’Olympisme, l’être humain est parvenu à 99 % de ses capacités physiologiques. Certains records tiennent depuis dix à quinze années (saut à la perche par Sergey Bubka en 1994, saut en longueur par Mike Powell en 1991...) voir même plus de vingt ans (lancer du marteau par Yuriy Sedykh en 1986)... Le temps des évolutions techniques comme en saut en hauteur quand Dick Fosbury innova en sautant dos à l’obstacle, semble révolu. Désormais l’évolution des records passe par des évolutions technologiques. Si les épreuves d’athlétisme plafonnent depuis quinze ans, la natation a fait un saut dans ses performances au début des années 2000 grâce notamment aux nouvelles combinaisons autorisées en compétition depuis 1999. La technologie permet également au cyclisme de gagner quelques pouillèmes. Et puis finalement la technologie c’est peut-être aussi les biotechnologies permettant d’améliorer les performances intrinsèques des athlètes. Le dopage aurait-il de l’avenir pour que l’âme du sport — citius, altius, fortius — survive ?

Et si l’on arrive à mettre un frein au dopage, on pourra toujours améliorer les chronomètres des disciplines chronométrées : il sera toujours possible de battre le record précédent d’une poignée de millionièmes de secondes, puisque la convergence des performances est exponentielle, c’est-à-dire que mathématiquement, on se rapproche de la limite sans jamais l’atteindre !

Donc que vive le sport !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 595 / 548955

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science  Suivre la vie du site Société   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1