Les tribulations d’un astronome

Déferlante

samedi 23 octobre 2010 par Guillaume Blanc

Au début était un livre d’apparence anodine. Un livre soi-disant de vulgarisation des domaines scientifiques dans lesquelles j’évolue un peu en recherche. Je l’ai donc lu, pour me faire une idée de la chose. Chose qui s’est révélée, au final, pas très bonne ; ce que j’ai dit dans un article par ici.

« Ici » étant un site sous forme de blog pour épancher un temps soit peu mes envies fluctuantes d’écriture sur des choses diverses et variées. Site ouvert en avril dernier, dans un soucis d’indépendance vis-à-vis de l’hébergeur de mon blog. Blog qui lui existe depuis plus de cinq ans. J’en transfère toujours, petit à petit, les articles jusqu’ici, à mes heures perdues. Sur l’ancien hébergement, les visites s’étaient stabilisées autour d’une cinquantaine par jour. Sur le nouveau site, elles ont péniblement atteint une quarantaine en septembre, pour ne cesser de croître, et arriver à une soixantaine en octobre. Je me demande si l’hébergeur précédent ne bridait pas la visibilité de mon site, car actuellement, j’ai l’impression qu’il est mieux recensé par les moteurs de recherche.

Bref.

Et puis j’ai écrit la critique de ce livre, début septembre. Qui n’a pas fait grand bruit. Bon, je me suis efforcé de la diffuser un peu dans les forums qui en parlaient. Parce que je trouve que le succès de ce genre d’ouvrage est un préjudice à la science. Et tandis que mon article avait à peine vu passer trois cents visiteurs, un mois plus tard, j’ai eu la surprise de recevoir ce long commentaire d’Igor Bogdanov. Il m’a fallu deux jours pour contacter quelques personnalités, Peebles, Mather, et Lamarre, qui ont toutes répondu promptement, ce qui m’a permit de mettre en ligne ma réponse à ses commentaires. J’avais un peu l’impression qu’il m’envoyait, et ce sans aucune raison, un bâton pour se faire battre.

Ensuite, et sans concertation aucune, le magazine Marianne a publié le rapport du CNRS qui dénonce la vacuité scientifique des deux lascars. Enfin, Sylvestre Huet a cité mon article sur son site, {science²}, et tout d’un coup le nombre de visiteurs à grimpé d’un facteur quinze : jeudi, 1323 personnes sont passées dans la journée — joli cadeau d’anniversaire — soit 1241 de plus que la veille ! Évidemment, ce n’était pas pour s’enquérir de mes (modestes) exploits en montagne, mais pour voir ce que je racontais sur ce fameux bouquin. Cet article a reçu 1270 visites dans la seule journée de jeudi (sur 2119 au total, donc 849 en un mois et demi, ce qui était déjà pas mal), soit plus que le nombre de visites mensuelles jusque là.

Évidemment, je préférerais que l’on aille lire mes articles sur le rayon vert, les sursauts gamma ou encore l’énergie noire, qui sont là pour instruire, plutôt que cet article-là qui, finalement, se retrouve, un peu malgré lui, au cœur d’une polémique. Si la science ne ressort pas forcément grandie de ce genre de chose, je me dis qu’au moins les quelques deux milles visiteurs qui ont lu ou survolé ma critique du livre des Bogdanov, soit n’iront pas le lire, soit le liront en connaissance de cause. Toujours ça de moins pour le « dessein intelligent » et la « pseudo-physique. »

Encore que finalement, avec un peu de chance, certains de ces visiteurs vont peut-être revenir par ici lire d’autres choses plus constructives. Ou pas, car je ne prétends pas écrire des choses systématiquement constructives par ici, comme en témoigne d’ailleurs le présent article ! Mais en général, je ne passe pas (trop) de temps à m’acharner sur les bouquins que je n’ai pas aimé. Jusqu’ici.

Ainsi, le deuxième article le plus lu (ou consulté) sur les lucioles, avec une moyenne d’une dizaine de visiteurs par jour depuis plus de trois mois, qui en est donc à 1184 visites, a fait son petit bonhomme de chemin tout seul, comme un grand, il est pas trop trop mal placé dans les moteurs de recherche. En revanche, mon « coup de lune » qui avait la côte sur l’hébergeur précédent, a quelque peu perdu de son aura avec le déménagement.

Finalement, comme il se doit, la polémique fait les choux gras de ceux qui mettent un pied dedans. Et cette fois-ci, je n’ai pas échappé à la vague. Même si j’aurais infiniment préféré pouvoir dire que le livre des Bogdanov était un bon livre de vulgarisation. Ils sont si rares, les bons livres de vulgarisation !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 316 / 570698

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Blog  Suivre la vie du site Sans queue ni tête   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 11