Les tribulations d’un astronome

Conjonction

lundi 10 décembre 2012 par Guillaume Blanc

Lundi 10 décembre 2012 - 7h15

Un long week-end francilien où la grisaille raclait le sol, un plafond tellement bas qu’on rentrait instinctivement la tête dans les épaules ; pas vraiment de pluie mais une humidité ambiante presque palpable, une fraîcheur glaciale digne d’un mois de décembre (ça tombe bien !). Sport en gymnase, plutôt que dehors, escalade en salle, plutôt qu’à Fontainebleau ; seule une petite escapade de nuit à la frontale, comme un voleur, à petites foulées dans des chemins boueux, pour humer l’air vespéral.

Et ce matin, compréhensive, la Nature nous offrait un de ses prestations qui donne le sourire et la pêche pour affronter la longue journée qui s’annonce.

Évidemment, trop peu de temps pour profiter pleinement et justement de ce spectacle panoramique en 3D et en live. 100 % naturel, garanti sans OGM. À peine un rapide coup d’œil qu’il fallait déjà s’engouffrer dans le tumulte de la vie active parisienne, RER et tutti quanti.

Quel bonheur de sortir ainsi dans la fraîcheur hivernale d’une nouvelle journée qui débute pour découvrir, entre le teint blafard de deux réverbères, un ciel limpide décoré d’un ultime fin et délicat croissant de Lune — Nouvelle Lune à venir incessamment sous peu —, agrémenté de sa délicate lumière cendrée, disque rétro-éclairé d’un sympathique clair de Terre. Et puis à côté de la belle, un point brillant, pour décorer sobrement le tableau, Saturne. Plus bas sur l’horizon est, un autre point beaucoup plus lumineux, Vénus, la beauté infernale. Enfin, juste au-dessus de l’horizon qui commence sérieusement à rosir, la rare et timide Mercure achève le tableau. Le tout aligné sur un arc écliptique du plus bel effet, dans un dégradé de couleur comme seule l’aube en est capable.

Mais déjà, l’inévitable quotidien me rattrape et m’englobe. La civilisation et ses lumières. Je tenterai un peu plus tard un dernier coup d’œil à travers la fenêtre embuée du RER, le fin croissant lunaire toujours suspendu dans un ciel qui s’éclaircit et s’illumine. Saturne se devine encore, Vénus est toujours là, identique à elle-même, mais Mercure est déjà noyée dans les limbes du jour naissant, engloutie par un soleil qui ne saurait tarder à pointer le bout de ses rayons...

Une belle journée commence !


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 199 / 570697

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Blog  Suivre la vie du site Nature   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 12